13 November, 2019

Campagne: mes basics #DroitsHumains

Les droits humains ne sont pas facultatifs, ils sont à la base de toute vie digne... Lancée à la mi-octobre, WSM soutient la campagne d’achACT ‘Mes basics #DroitsHumains’. Au même titre que les « basics » le sont à nos tenues, le respect des droits humains est indispensable à nos garde-robes… Cette campagne accompagne la sortie d’un rapport édifiant sur l’échec des audits sociaux dans l’industrie textile.


Nous sommes toutes et tous concerné.e.s par les conditions de travail des travailleur.euse.s qui fabriquent nos vêtements.

Le 24 avril dernier , lors de la 6ème commémoration de l’effondrement du Rana Plaza, avec achACT et une coalition d’organisations et de syndicats, nous lancions un appel au gouvernement belge pour imposer des règles à toutes les entreprises. Rana Plaza, never again !

Quelques mois plus tard, achACT lance sa campagne "mes basics #DroitsHumains":

Les filières industrialisées de production de vêtements sont, depuis plusieurs décennies, le terrain de nombreuses violations des droits humains : salaires de misère, harcèlement, temps de travail excessif, insécurité sur le lieu de travail, violences liées au genre, répression syndicale, etc.

Les marques et les enseignes de mode, dont l’objectif principal et de générer un maximum de profit, externalisent leur production de vêtement depuis les années 1970. En sous-traitant dans des pays à la main-d’œuvre peu coûteuse, elles optent pour un modèle économique plus flexible et plus rentable et ce au détriment des droits des travailleur·euse·s impliqué·e·s dans leurs filières.

Dès les années 1990, la société civile, les journalistes, les consommatrices et consommateurs tirent la sonnette d’alarme. De nombreuses marques et enseignes sont impliquées dans des scandales relatifs aux conditions de travail dans les ateliers de confection.

Face aux enjeux d’image et de réputation, les entreprises de l’habillement se lancent dans des démarches de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE). Leurs initiatives et autocontrôle unilatéral et sur base volontaire visent à mettre en place des standards à respecter par … leurs fournisseurs. Ces standards sont vérifiés au moyen d’audits sociaux.

Après 30 années de RSE, un nouveau rapport d’achACT met en lumière l’échec des initiatives volontaires d’entreprises, et notamment des audits sociaux, pour faire respecter les droits humains dans le secteur de l’habillement :

Le rapport « L’écran de fumée de la mode » publié par achACT met en perspective une recherche approfondie et des études de cas réalisés par la Clean Clothes Campaign. Il se base notamment sur plusieurs accidents mortels qui ont eu lieu dans l’industrie de l’habillement ces dernières années en dépit d’audits sociaux censés identifier les problèmes de santé et de sécurité au travail.

Lire le Rapport d'achACT: "L’Écran de fumée de la mode : Comment l'audit social protège l’image des marques plutôt que les travailleur·euse·s"

Quelles revendications?

achACT et ses organisations membres, dont notre organisation WSM, se mobilisent pour que la Belgique s’engage aux Nations Unies pour un Traité contraignant « Entreprises et Droits de l’Homme » et qu’elle se positionne en faveur du développement de cadres contraignants sur le devoir de vigilance, aux niveaux belge et européen.

Imposer un cadre législatif contraignant aux entreprises en la matière est une nécessité vu l’échec des initiatives volontaires des entreprises mises en place depuis des décennies et compte-tenu du fait que, dans l'ensemble, les entreprises européennes et les entreprises opérant dans l'UE n'en font pas assez aujourd’hui pour faire face aux risques liés aux droits humains et à l'environnement dans leurs filières d’approvisionnement.

 

En savoir plus sur la campagne « mes basics #DroitsHumains »


EN ES FR NL
Nous découvrir S'informer Agir Notre réseau

Event News Newsletter Contact